• Economic Research
  • ESG
  • Responsible Investing

Une force vitale

l’importance de la nature

La prise de conscience croissante du stress exercé sur les systèmes naturels, parfois au bord de la rupture, incite les gestionnaires d’actifs à examiner de plus près les risques sur l’environnement et les sociétés en portefeuille pour comprendre leurs impacts et dépendances environnementaux.

En lisant cet article, vous comprendrez :

  • L’importance du capital naturel
  • Pourquoi la lutte contre le changement climatique et contre la destruction de la biodiversité doivent aller de pair.
  • Les risques d’épuisement de la nature et les opportunités d’investissement découlant d’une refonte des relations avec le monde naturel

La Terre a besoin de diversité pour maintenir des équilibres complexes. Pourtant, les espèces disparaissent à un rythme alarmant1, ébranlant des millions d’années de développement évolutif.

« Les données sur la sixième extinction de masse des espèces sont choquantes » explique Julie Zhuang, gérante de portefeuille de la stratégie Natural Capital Transition d’Aviva Investors.« Ces extinctions de masse sont principalement dues à l’explosion de la population humaine et à l’utilisation intensive du capital naturel (le stock d’actifs, y compris les biens vivants, les ressources géologiques, les sols, l’eau et l’air) en raison de l’industrialisation au cours du siècle dernier. L’exploitation de la nature a alimenté la croissance du PIB mondial mais aura des effets économiques néfastes sur le long terme. »

La Terre a besoin des vers qui vivent dans les grenouilles. Elle a besoin de bactéries dans le sol pour nettoyer l’eau2, de plantes pour alimenter et séquestrer le carbone, d’insectes pollinisateurs pour permettre aux fruits de se reproduire, d’oiseaux pour disperser les graines et de prédateurs pour assurer l’équilibre de la chaîne alimentaire. La Nature fournit également un autre service important : elle soulage nos esprits et nous apaise en période de troubles.

Elle produit une abondance de plantes aux propriétés médicinales.Elle fonctionne comme un garde-manger, une usine énergétique, un château d’eau, un climatiseur, un producteur d’engrais et de pesticides, un prestataire de services de nettoyage et de recyclage et elle assure le contrôle des inondations. Elle soutient directement des milliards de personnes qui vivent du produit de la terre et trois milliards de personnes supplémentaires, voire plus, qui dépendent des fruits de mer et du poisson sauvages et cultivés comme principale source de protéines3. Elle est également de plus en plus source d’inspiration pour la conception, avec le biomimétisme, dans le cadre de projets de recherche, lorsque l’imagination humaine est mise en échec.

Ces services que nous rend l’écosystème et que nous offre la nature, seules les sociétés traditionnelles ont su les évaluer et les apprécier à leur juste valeur.

Graphique 1. Ce que nous apporte la nature
What nature provides free
Source: Aviva Investors, mai 2022

Le rôle de la nature dans l’économie

Il est de plus en plus évident que nous commettons une erreur en faisant comme si les sociétés humaines ne faisaient pas partie intégrante du monde naturel ou en refusant de chiffrer les dommages provoqués par les actions des êtres humains. « Malheureusement, il est actuellement possible d’exploiter la nature comme bon nous semble », explique Eugénie Mathieu, analyste senior de l’impact et responsable de la Terre sur la stratégie Natural Capital Transition d’Aviva Investors. « L’abattage de la forêt vierge pour créer de nouvelles terres agricoles ou le rejet d’effluents d’élevage de poulets en batterie dans les rivières locales restent gratuits. »

Cet échec d’un chiffrage des coûts a contribué à créer un monde où les humains utilisent trop de ressources pour construire et fabriquer (voir le Graphique 2) et créent des montagnes de déchets, avec des conséquences à long terme.

Graphique 2. La croissance, mais à quel prix ? (1992-2014, croissance par habitant)

Capital produit : +100%

Capital humain : +20%

Capital naturel : -40%

Source: Aviva Investors, 2022. Données de The Economics of Biodiversity, 20214

« C’est un cercle vicieux » déclare David Craig, fondateur et ancien directeur général de Refinitiv, l’un des plus grands fournisseurs de données sur les marchés financiers au monde et coprésident de la Taskforce on nature-Related Financial Disclosures (TNFD), un groupe travaillant sur un cadre de gestion et de reporting des risques liés à la nature.

« La dégradation de la nature crée un risque important pour l’économie mondiale, car il y a très peu de choses que nous faisons qui n’utilisent pas des ressources naturelles. Le changement climatique dégrade également la nature et cela a un impact sur les ressources naturelles qui sont en mesure d’absorber le carbone, avec des effets sur les algues, les récifs océaniques, les forêts, les savanes, etc. » >(Pour en savoir plus sur Craig, cliquez ici.)

Mais les mentalités évoluent. La COVID-19, une catastrophe probablement naturelle, est survenue juste après d’autres événements spectaculaires. Trois milliards d’animaux ont été tués ou déplacés par des feux de forêt en Australie en 2019 et 20205 ; une échelle si grande qu’elle est difficile à cerner. Les coûts humains ont également été considérables et les récentes estimations placent les pertes assurées à plus de 1,4 milliard de dollars.6

Recherche d’indicateurs : des enjeux locaux pour un problème mondial

La situation devient de plus en plus urgente, car « les gens ont commencé à estimer l’ampleur du risque » déclare Craig. Il évoque les tests de résistance effectués par les banques centrales au Brésil, aux Pays-Bas et en France, qui ont rendu des chiffres saisissants.

« Il n’a pas été possible de convenir d’indicateurs standardisés pour capturer l’état de la planète »

« L’étude française a révélé que 40 à 50 % des prêts bancaires sont exposés à la nature » explique-t-il. « C’est considérable, surtout si vous l’associez à l’ampleur de la dégradation de l’environnement. Si vous rassemblez les facteurs, vous devez passer de « prenez soin des pandas » à une évaluation sérieuse du risque et de la réalité économiques. »

Cependant, il n’a pas été possible de convenir d’indicateurs standardisés pour capturer l’état de la planète, le but étant de gérer de meilleurs résultats pour tous.

« Les facteurs sont sensibles au contexte en fonction de l’emplacement et du secteur d’activité ; l’endroit où vous vous trouvez a de l’importance » explique Craig. « Cette complexité ne peut se traduire par un seul chiffre ; il en faut plusieurs pour la capter et ils existent. L’utilisation de l’eau est mesurable, tout comme l’est celle des sols, puis il y l’indicateur STAR (Species Threat Adenation and Restoration) pour la biodiversité, ainsi que d’autres indicateurs qui émergent peu à peu. Nous allons obtenir à un ensemble de chiffres, mais ce ne sera jamais aussi simple que pour le climat. »

Vers un cadre commun nature/risque

Les entreprises testent de plus en plus des façons de quantifier les impacts sur la biodiversité.

« Aider les entreprises à se concentrer sur la façon dont l’évolution des conditions du monde naturel peut avoir un impact sur leurs performances financières »

Pendant ce temps, la TNFD (codirigée par Elizabeth Maruma Mrema, Secrétaire exécutive de la Convention sur la diversité biologique, et Craig) tente d’accélérer les mesures vers un accord sur un cadre de comptabilité des risques liés à la nature, afin que les entreprises puissent intégrer une vue des actifs naturels dans leurs comptes.

L’espoir est que cela encourage une certaine cohérence, en aidant les entreprises à se concentrer sur la façon dont l’évolution des conditions du monde naturel peut avoir un impact sur leurs performances financières et sur ce qui pourrait se produire à l’avenir, le but étant de canaliser les investissements vers des résultats plus durables.

Les premiers travaux des membres du TNFD reposent sur quatre piliers (gouvernance, stratégie, gestion des risques, indicateurs et objectifs) déjà établis par le TCFD (groupe de travail sur la publication d’informations financières relatives au climat). Le TNFD a publié ses premières propositions en mars 2022, qui seront améliorées en 2022 et 2023.

Quelle utilité pour les investisseurs de mieux comprendre les vulnérabilités de l’écosystème ?

Cela est loin d’être un exercice conceptuel ; les risques qui pèsent sur la nature sont désormais élevés et significatifs. Par exemple, dans les pêcheries japonaises, les prises sont en baisse depuis plus de 15 ans7.

En plus des secteurs de la pêche et de l’agriculture, de nombreuses entreprises d’autres secteurs sont exposées au déclin des ressources en eau, car la surface de la planète touchée par la sécheresse a plus que doublé au cours des 40 dernières années8. Une récente étude suggère que certaines entreprises agroalimentaires et de produits de consommation pourraient subir des pertes de bénéfices significatifs (40 % ou plus des bénéfices avant impôts) en raison de pénuries d’eau9. En outre, d’autres effets sur les bénéfices pourraient toucher les sociétés qui utilisent les voies navigables pour le transport. Pensons au niveau d’eau du Rhin si bas que le producteur de produits chimiques BASF a été contraint de fermer certaines opérations en 2018 car il n’était plus en mesure de faire acheminer les matières premières dont il avait besoin10.

« Il existe des opportunités pour les entreprises de développer des idées d’économie circulaire »

Si le problème de la rareté de l’eau s’amplifie, il faut s’attendre à ce que les pollueurs fassent l’objet d’une plus grande surveillance, quitte à ce qu’ils soient exposés à des amendes et à des poursuites.

L’aspect positif de cette situation est les opportunités qui s’offrent aux entreprises qui développent des idées d’économie circulaire et des technologies permettant une utilisation des ressources plus parcimonieuse, conçoivent des solutions respectueuses de l’environnement et ciblent le développement durable. Voilà des secteurs en pleine croissance explorés par des chercheurs, des entrepreneurs et des investisseurs.

« Les investisseurs peuvent également allouer des capitaux aux leaders de la transition de leurs secteurs d’activité respectifs, à des sociétés qui évoluent dans la bonne direction en termes de gestion du capital naturel et du risque environnemental. Ils peuvent s’engager avec eux pour aller plus loin et plus vite » explique Mme Zhuang. « Les entreprises qui prennent les bonnes décisions aujourd’hui devraient surperformer à long terme, à la fois en matière de rendements financiers et d’impact sur la nature. »

Il existe de réelles opportunités dans la production agroalimentaire, l’un des secteurs les plus émetteurs de carbone et de méthane, celui qui est le plus responsable de la perte de la biodiversité et de l’appauvrissement des sols et le secteur le plus consommateur d’eau. La lutte contre le gaspillage alimentaire est une autre priorité. Une surveillance plus étroite de l’écosystème peut avoir des répercussions positives sur les résultats des entreprises qui décident d’améliorer la gestion de la biodiversité et des risques environnementaux.

Mesure et comparaison des risques liés à la nature : le point de vue d’un gestionnaire de portefeuille

« Un seul chiffre sur les émissions de gaz à effet de serre suffit à révéler des différences significatives entre les entreprises de différents secteurs, mais avec la biodiversité, chaque secteur a des impacts très différents qui sont difficilement mesurables ou comparables.

Les investisseurs doivent avoir une vue d’ensemble des risques qui s’appliquent à chaque secteur en utilisant des données provenant de sources diverses. Des organismes indépendants ou à but non lucratif, tels que la World Benchmarking Alliance, CDP, Forest 500, de la Zoological Society of London au travers de sa boîte à outils de la transparence des politiques de développement durable, la Farm Animal Investment Risk and Return Initiative et l’indice de transparence de la mode, ont mené des recherches sur les impacts de chaque secteur d’activité sur la biodiversité.

ENCORE (Exploring Natural Capital Opportunities, Risks and Exposure), un autre outil très utile développé par la Natural Capital Finance Alliance en partenariat avec le Programme pour l’environnement des Nations Unies, permet d’évaluer l’impact de 177 secteurs sur 11 aspects de la nature, y compris la pollution des sols et de l’eau, les perturbations sur l’écosystème et les émissions de GES. Notre modèle exclusif de risque de transition s’appuie sur ces ensembles de données, ainsi que sur d’autres. »

Julie Zhuang
gérante de portefeuille, stratégie Natural Capital Transition d’Aviva Investors

Références

  1. ‘UN report: Nature’s dangerous decline ‘unprecedented’; species extinction rates ‘accelerating’’, United Nations, May 6, 2019
  2. Sybille Hildebrandt, ‘Soil bacteria can clean your drinking water’, Science Nordic, March 8, 2013
  3. ‘Sustainable seafood’, WWF, 2022
  4. Partha Dasgupta, ‘The economics of biodiversity: The Dasgupta Review’, HM Treasury, February 2021
  5. Daniel Vernick, ‘3 billion animals harmed by Australia’s fires’, WWF, July 28, 2020
  6. ‘Final insured losses for Australian bushfires of 2019/2020 estimated at A$1.866B’, Insurance Journal, January 6, 2021
  7. ‘Fisheries and aquaculture in Japan’, OECD, January 2021
  8. ‘Drought and agriculture’, UN Food and Agriculture Organisation, 2021
  9. Sam Meredith, ‘Why some of the world's biggest companies are increasingly worried about water scarcity’, MSN, June 29, 2021
  10. Alex Scott, ‘Low-flowing Rhine shuts BASF plant’, Chemical and Engineering News, November 28, 2018

Opinions associées

Une information important

THIS IS A MARKETING COMMUNICATION

Except where stated as otherwise, the source of all information is Aviva Investors Global Services Limited (AIGSL). Unless stated otherwise any views and opinions are those of Aviva Investors. They should not be viewed as indicating any guarantee of return from an investment managed by Aviva Investors nor as advice of any nature. Information contained herein has been obtained from sources believed to be reliable, but has not been independently verified by Aviva Investors and is not guaranteed to be accurate. Past performance is not a guide to the future. The value of an investment and any income from it may go down as well as up and the investor may not get back the original amount invested. Nothing in this material, including any references to specific securities, assets classes and financial markets is intended to or should be construed as advice or recommendations of any nature. Some data shown are hypothetical or projected and may not come to pass as stated due to changes in market conditions and are not guarantees of future outcomes. This material is not a recommendation to sell or purchase any investment.

In Europe this document is issued by Aviva Investors Luxembourg S.A. Registered Office: 2 rue du Fort Bourbon, 1st Floor, 1249 Luxembourg. Supervised by Commission de Surveillance du Secteur Financier. An Aviva company. In the UK Issued by Aviva Investors Global Services Limited. Registered in England No. 1151805. Registered Office: St Helens, 1 Undershaft, London EC3P 3DQ. Authorised and regulated by the Financial Conduct Authority. Firm Reference No. 119178. In Switzerland, this document is issued by Aviva Investors Schweiz GmbH.

In Singapore, this material is being circulated by way of an arrangement with Aviva Investors Asia Pte. Limited (AIAPL) for distribution to institutional investors only. Please note that AIAPL does not provide any independent research or analysis in the substance or preparation of this material. Recipients of this material are to contact AIAPL in respect of any matters arising from, or in connection with, this material. AIAPL, a company incorporated under the laws of Singapore with registration number 200813519W, holds a valid Capital Markets Services Licence to carry out fund management activities issued under the Securities and Futures Act (Singapore Statute Cap. 289) and Asian Exempt Financial Adviser for the purposes of the Financial Advisers Act (Singapore Statute Cap.110). Registered Office: 1 Raffles Quay, #27-13 South Tower, Singapore 048583. In Australia, this material is being circulated by way of an arrangement with Aviva Investors Pacific Pty Ltd (AIPPL) for distribution to wholesale investors only. Please note that AIPPL does not provide any independent research or analysis in the substance or preparation of this material. Recipients of this material are to contact AIPPL in respect of any matters arising from, or in connection with, this material. AIPPL, a company incorporated under the laws of Australia with Australian Business No. 87 153 200 278 and Australian Company No. 153 200 278, holds an Australian Financial Services License (AFSL 411458) issued by the Australian Securities and Investments Commission. Business Address: Level 27, 101 Collins Street, Melbourne, VIC 3000 Australia.

The name “Aviva Investors” as used in this material refers to the global organization of affiliated asset management businesses operating under the Aviva Investors name. Each Aviva investors’ affiliate is a subsidiary of Aviva plc, a publicly- traded multi-national financial services company headquartered in the United Kingdom. Aviva Investors Canada, Inc. (“AIC”) is located in Toronto and is registered with the Ontario Securities Commission (“OSC”) as a Portfolio Manager, an Exempt Market Dealer, and a Commodity Trading Manager. Aviva Investors Americas LLC is a federally registered investment advisor with the U.S. Securities and Exchange Commission. Aviva Investors Americas LLC ("AIA") is a federally registered investment advisor with the US Securities and Exchange Commission. AIA is also a commodity trading advisor (“CTA”) registered with the Commodity Futures Trading Commission (“CFTC”) and is a member of the National Futures Association (“NFA”). AIA’s Form ADV Part 2A, which provides background information about the firm and its business practices, is available upon written request to: Compliance Department, 225 West Wacker Drive, Suite 2250, Chicago, IL 60606.