Cette chercheuse reconnue fait le point pour AIQ sur les défauts de la pensée économique classique et explique en quoi sa révolutionnaire « théorie du Donut » offre une approche inédite pour résoudre les plus graves problèmes actuels.

Lisez cet article pour comprendre :

  • Les fondements de la théorie du Donut
  • Les défauts du PIB
  • Comment l’adoption de nouvelles structures d’entreprise peut contribuer à la durabilité

Kate Raworth a étudié l’économie à l’Université d’Oxford, mais très vite, à ses yeux, quelque chose n’allait vraiment pas : la discipline paraissait très peu en prise avec les défis bien concrets posés par la pauvreté et la destruction de l’environnement.

Après un début de carrière dans le développement international, Kate est revenue à l’économie, bien décidée à la transformer en profondeur. Lorsqu’elle a cherché à représenter sa réflexion sous forme graphique, la silhouette d’un donut s’est imposée : deux cercles concentriques qui délimitent des objectifs sociaux et environnementaux. Entre les deux cercles se trouve un « espace sûr et juste » pour l’humanité, au sein duquel sont respectés simultanément les droits de l’homme et les limites environnementales de notre planète (voir Schéma 1). La théorie du Donut était née.

Schéma 1 : Le Donut, entre plancher social et plafond environnemental
Le Donut, entre plancher social et plafond environnemental
Source : Doughnut Economics Action Lab, septembre 2022

Présentée d’abord dans un rapport publié en 2012, puis dans un livre qui deviendra un best-seller1 , la théorie de Kate Raworth a exercé une influence considérable. Travaillant en collaboration avec le Doughnut Economics Action Lab (DEAL) de Kate Raworth, la ville d’Amsterdam s’est engagée à faire entrer tous ses résidents « dans le Donut » et à atteindre une économie entièrement circulaire à l’horizon 2050. D’autres villes en Europe, aux États-Unis ou en Nouvelle-Zélande ont défini des objectifs similaires.2

Aujourd’hui Senior Associate au sein du Environmental Change Institute de l’Université d’Oxford et professeur à l’Université des sciences appliquées d’Amsterdam, Kate Raworth assure que des progrès supplémentaires sont nécessaires pour inscrire notre monde sur une trajectoire plus durable.

Selon la théorie du Donut, les économies ne devraient plus rechercher à tout prix la croissance du PIB, mais plutôt cibler l’espace « sûr et juste » représenté par le Donut. Quels sont les principaux défauts du PIB, et comment la théorie du Donut peut-elle nous aider à y remédier ?

Le PIB est un indicateur exclusivement monétaire ; il rend simplement compte du prix attribué aux biens et services produits par une économie en une année. Il laisse de côté ce que nous devrions vraiment savoir pour que l’humanité puisse prospérer sur notre planète au 21e siècle. Le PIB ne reflète ni le travail domestique ni les autres travaux non rémunérés, et fait abstraction de ce qui est détruit afin de produire les biens qui sont vendus. Pour reprendre une image classique, il nous indique le prix du bois, mais pas la valeur de la forêt qui a disparu.

Trop souvent, l’économie commence par raisonner en termes d’offre et de demande du marché. Cela place le prix au centre de l’attention, et nous conduit à envisager la réussite en termes d’augmentation de la valeur des biens achetés ou vendus.

La théorie du Donut, quant à elle, place au centre de sa réflexion les systèmes de notre planète qui sont indispensables à la vie et le bien-être de chaque personne. En prenant en compte les indicateurs sociaux et environnementaux qui sont essentiels à la vie, la théorie du Donut pose la question de savoir comment concevoir une économie qui réponde aux besoins de tous, tout en respectant des limites de notre planète. L’idée qui voudrait qu’un PIB en constante augmentation permette de répondre à ces besoins est totalement erronée. Il est donc temps d’abandonner le PIB en tant que boussole des politiques publiques, au profit d’un tableau de bord d’indicateurs sociaux et environnementaux offrant un reflet plus fidèle des fondamentaux d’une économie prospère.

Comment la pensée systémique peut-elle nous aider à résoudre les principaux problèmes de notre temps : le changement climatique, les inégalités sociales, les crises financières ?

Notre chance est que la pensée systémique nous permet de bien mieux connaître les dangers liés aux points de basculement qui concernent le climat et les systèmes écologiques de notre planète. Cependant, comme la génération actuelle des décideurs politiques n’a pas été formée à la pensée systémique, celle-ci se traduit rarement dans les politiques publiques et dans la pratique. Vu le rythme effréné de la vie politique et l’enchaînement des événements, il est difficile de faire en sorte que les médias, le grand public et les responsables politiques réagissent rapidement aux effets irréversibles des points de basculement climatique que nous sommes sur le point de provoquer.3

De nombreux systèmes sociaux sont dominés par des boucles de rétroaction qui se renforcent

La même difficulté apparaît lorsqu’il s’agit de remédier aux inégalités sociales. Il apparaît désormais clairement que de nombreux systèmes sociaux sont dominés par des boucles de rétroaction qui se renforcent. Plus vous possédez, plus vous obtiendrez : cela vaut pour les privilèges, les revenus, les opportunités ou les réseaux. Ces boucles de rétroaction tendent à générer des inégalités sociales plus larges ; les gouvernements doivent réfléchir à l’échelle des systèmes pour concevoir et agir efficacement, avec des mesures permettant de rééquilibrer ces dynamiques.

La finance devrait elle aussi réfléchir davantage à l’échelle des systèmes. Des décideurs politiques comme Gordon Brown ou Ben Bernanke ont reconnu qu’ils pensaient que les économies étaient entrées dans une ère de « grande modération » avant 2008. Ni eux-mêmes ni les autorités de réglementation n’observaient de risques importants au sein d’une banque en particulier ; le problème, comme ils l’ont compris ensuite, c’est qu’ils passaient à côté des liens à risque qui existaient entre les banques. La crise financière qui en a résulté a permis de mieux reconnaître les travaux de Hyman Minsky et d’introduire la pensée systémique au cœur de la réglementation financière, grâce à des analystes comme Andy Haldane de la Banque d’Angleterre. Mais le système financier n’a toujours pas été suffisamment réformé.

Comment pourrions-nous structurer les entreprises d’une manière plus favorable à l’émergence d’un système économique régénératif et distributif ?

Il n’existe pas une solution unique en la matière. Qu’il s’agisse de l’actionnariat responsable (« steward ownership »), de l’actionnariat salarié, de l’actionnariat coopératif ou d’autres modèles, nous avons besoin de nouvelles structures de propriété de l’entreprise qui attirent des financements non seulement alignés sur les objectifs de l’entreprise mais aussi placés à leur service, et qui ne viennent pas interférer, les dévoyer ou les desservir.

Les modèles d’entreprises dont l’économie du 21e siècle a besoin sont encore en cours de mise au point

L’objectif est de mettre en place un écosystème de modèles d’entreprise qui englobe différentes structures possibles, adaptées à différentes catégories d’entreprises. Le DEAL travaille aujourd’hui avec des organisations qui, comme Purpose Economy, soutiennent les personnes intéressées par la mise en place d’entreprises gérées par un actionnariat responsable.4 De même, aux États-Unis, où de nombreuses entreprises détenues par leurs fondateurs seront bientôt confrontées au départ à la retraite de leur PDG, le mouvement Fifty by Fifty propose d’accompagner ces entreprises pour faire passer le nombre salariés actionnaires dans le pays de 10 à 50 millions d’ici à 2050.5 Ces initiatives montrent bien que les modèles d’entreprises dont l’économie du 21e siècle a besoin sont encore en cours de mise au point. De plus, des innovations dans le domaine de la finance seront nécessaires pour répondre à leurs besoins.

La guerre entre l’Ukraine et la Russie a mis en exergue la fragilité des chaînes d’approvisionnement mondiales ainsi que les limites de notre dépendance continue à l’égard des combustibles fossiles. Dans quelle mesure ces chocs pourraient-ils être les catalyseurs d’un changement positif sur le long terme ?

La crise énergétique à laquelle sont confrontés de nombreux pays est clairement une source considérable d’inquiétudes et de souffrances pour les ménages et les entreprises sur le court terme. Mais, comme l’a dit l’économiste Milton Friedman : « Seule une crise – réelle ou perçue comme telle – peut engendrer un réel changement. Lorsque cette crise survient, les mesures prises dépendent des idées qui sont à disposition. »

Les pays les plus clairvoyants vont accélérer leur sortie de la dépendance aux combustibles fossiles

En réponse à la crise, les pays les plus clairvoyants vont accélérer leur sortie de la dépendance aux combustibles fossiles et leurs investissements dans les énergies renouvelables et la réduction de la demande d’énergie, par exemple par l’isolation des bâtiments. Cette orientation est pertinente, aussi bien dans l’immédiat que sur le long terme. Mais il est possible que d’autres pays choisissent tout simplement de doubler leur production de combustibles fossiles. Le nouveau gouvernement britannique, par exemple, a indiqué son intention de relancer la fracturation hydraulique et d’exploiter de nouveaux gisements de pétrole et de gaz en mer du Nord, sans tenir compte de l’urgence climatique ni du fait que, le marché étant mondial, la production de gaz supplémentaire du Royaume-Uni ne permettra pas de réduire les prix pour les consommateurs britanniques. Je suis consternée par l’orientation que prend actuellement le Royaume-Uni : une fois de plus, cela témoigne d’une incapacité à appréhender les grands défis systémiques et à leur apporter une réponse.

Nous savons depuis longtemps que c’est aux pays à revenu élevé que revient la principale responsabilité de s’impliquer les premiers, et au plus vite, dans la lutte contre le changement climatique. Une crise comme celle-ci devrait nous inciter à multiplier les investissements consacrés à la transition énergétique, plutôt que de revenir au modèle obsolète de la production de combustibles fossiles. Ce choix serait dévastateur pour nous tous.

Références

  1. Kate Raworth, « Doughnut Economics : Seven ways to think like a 21st-Century economist », Penguin Random House, 2017 [La théorie du Donut :L’économie de demain en 7 principes, Plon, 2018]
  2. « Amsterdam city doughnut », Doughnut Economics Action Lab, juillet 2020
  3. Damian Carrington, « World on brink of five “disastrous” climate tipping points, study finds », The Guardian, 8 septembre 2022
  4. Voir Purpose-economy.org
  5. « About Fifty by Fifty », Fifty by Fifty, site consulté en septembre 2022

Opinions associées

Une information important

Sauf indication contraire, l’ensemble des informations émane d’Aviva Investors Global Services Limited (AIGSL). Sauf indication contraire, tous les points de vue et opinions sont ceux d’Aviva Investors. Ces opinions ne doivent pas être considérées comme une garantie de rendement d’un placement géré par Aviva Investors ou comme un conseil de quelque nature que ce soit. Les informations contenues dans ce document ont été obtenues auprès de sources considérées comme fiables, mais elles n’ont pas été vérifiées de manière indépendante par Aviva Investors et leur exactitude n’est pas garantie. La performance passée ne préjuge pas des résultats futurs. La valeur des placements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse. L’investisseur peut ne pas récupérer la somme initialement investie. Aucun élément du présent document, y compris toute référence à des titres, catégories d’actifs et marchés financiers spécifiques, n’est destiné à servir d’avis ou de recommandation de quelque nature que ce soit ou ne devrait être considéré comme tel. Certaines données présentées sont hypothétiques ou prévisionnelles et peuvent ne pas se réaliser comme indiqué en raison de l’évolution des conditions du marché. Elles ne constituent pas une garantie de résultats futurs. Ce document n’est pas une recommandation pour vendre ou acheter un quelconque investissement.

En Europe, ce document est publié par Aviva Investors Luxembourg S.A., siège social : 2, rue du Fort Bourbon, 1er étage, 1249 Luxembourg. Supervisé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier. Une société du groupe Aviva. Au Royaume-Uni, ce document est publié par Aviva Investors Global Services Limited. Immatriculée en Angleterre sous le numéro 1151805. Adresse du siège social : St Helens, 1 Undershaft, Londres EC3P 3DQ. Société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority. Société référencée sous le no 119178. En Suisse, ce document est publié par Aviva Investors Schweiz GmbH.

À Singapour, ce document est mis en circulation au moyen d’un accord avec Aviva Investors Asia Pte. Limited (AIAPL) afin d’être distribué aux investisseurs institutionnels uniquement. AIAPL ne propose aucune recherche ni analyse indépendantes sur le contenu ou la préparation de ce document. Les destinataires de ce document doivent contacter AIAPL concernant toute question soulevée par ce document, ou en lien avec ce document. AIAPL, une société enregistrée en vertu des lois de Singapour sous le numéro 200813519W, détient une licence Capital Markets Services valide pour exécuter des activités de gestion de fonds dans le cadre du Securities and Futures Act (loi de Singapour, chapitre 289) et un conseiller financier exempté asiatique dans le cadre du Financial Advisers Act (loi de Singapour, chapitre 110). Adresse du siège social : 1 Raffles Quay, #27-13 South Tower, Singapour 048583. En Australie, ce document est mis en circulation au moyen d’un accord avec Aviva Investors Pacific Pty Ltd (AIPPL) afin d’être distribué aux investisseurs de gros uniquement. AIPPL ne propose aucune recherche ni analyse indépendantes sur le contenu ou la préparation de ce document. Les destinataires de ce document doivent contacter AIPPL concernant toute question soulevée par ce document, ou en lien avec ce document. AIPPL, une société enregistrée en vertu des lois australiennes sous le numéro d’entreprise australien (ABN) 87 153 200 278 et sous le numéro de société australienne (ACN) 153 200 278, détient une licence de services financiers australiens (AFSL 411458) accordée par l’Australian Securities and Investments Commission. Adresse commerciale : Level 27, 101 Collins Street, Melbourne, VIC 3000 Australie.

Le nom « Aviva Investors », tel qu’il est utilisé dans le présent document, fait référence à l’organisation mondiale des sociétés de gestion d’actifs affiliées exerçant sous le nom d’Aviva Investors. Chaque affilié d’Aviva Investors est une filiale d’Aviva plc, une société de services financiers multinationale cotée en Bourse, dont le siège se trouve au Royaume-Uni. La société Aviva Investors Canada, Inc. (« AIC ») est installée à Toronto et immatriculée auprès de l’Ontario Securities Commission (« OSC ») en tant que gestionnaire de portefeuilles, courtier en Bourse dispensé et gestionnaire d’opérations sur marchandises. Aviva Investors Americas LLC est un conseiller en investissements enregistré à l’échelle fédérale auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis. Aviva Investors Americas LLC (« AIA ») est un conseiller en investissements enregistré à l’échelle fédérale auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis. AIA est également un conseiller en opérations sur marchandises (« CTA »), immatriculé auprès de la Commodity Futures Trading Commission (« CFTC ») et est membre de la National Futures Association (« NFA »). Le formulaire ADV partie 2A d’AIA, qui présente des informations sur l’entreprise et ses pratiques commerciales, est disponible sur demande écrite adressée à : Compliance Department, 225 West Wacker Drive, Suite 2250, Chicago, IL 60606.