La transition climatique en pratique

S’adapter à la transition climatique requiert de développer de nouveaux processus technologiques, de créer de nouveaux biens et services.

L’adaptation des acteurs privés, entreprises bien sûr, mais également ménages, avec l’évolution des comportements vers des modes de vie et de consommation plus sains et moins carbonés, va en effet être déterminante pour améliorer la résilience de nos sociétés au changement climatique. Cela génère de nombreuses opportunités d’investissement.

Sociétés proposant des solutions pour atténuer les conséquences du réchauffement climatique

L’enjeu : Réduire les émissions de CO2 liées à la consommation d’énergie

led light bulb
SIGNIFY : la lampe LED pour réduire les émissions de CO2

En tant que leader mondial de l’éclairage LED et pour les objets connectés, la société néerlandaise Signify contribue à réduire les émissions de CO2 et donc à atténuer le réchauffement de la planète. En effet, l’éclairage LED est l’un des plus gros contributeurs à la réduction des émissions de consommation d’énergies. Des études montrent que l’efficacité des LED a déjà été supérieure à celle des énergies renouvelables dans la réduction des émissions de CO2. La simple adoption de la lampe LED à la place de l’éclairage traditionnel réduit la consommation d’énergie de 53%. 

D’ici 2030, le total mondial des lumières LED aura augmenté de 35% pour atteindre 60 milliards. Signify devrait avoir livré 2 milliards de LED d’ici fin 2020. Son projet pour le port d’Anvers en Belgique, avec le passage de 1300 luminaires aux LED, a permis de réduire la consommation d'énergie de 30% (1).

renewable energy
NEOEN : la production d’énergies renouvelables pour réduire les émissions de CO2

L’enjeu : Réduire les émissions de CO2 liées à la production d’énergie

Le recours croissant aux énergies renouvelables (solaires, éoliennes, hydrauliques, biomasse, géothermie) permet de réduire les émissions de CO2 et donc d’accompagner la transition vers une économie bas carbone. Neoen est le premier producteur français indépendant d’énergies exclusivement renouvelables, leader en Australie, au Salvador, en Jamaïque, en Zambie et au Mozambique mais également bien implanté en Irlande, Argentique et au Mexique. 

plastic on the beach
TOMRA : développer et optimiser le recyclage du plastique pour réduire les émissions de CO2 et la pollution des déchets plastiques

Cette société opère notamment le parc solaire le plus puissant de France à Cestas et la plus grande centrale de stockage lithium au monde à Hornsdale en Australie. La capacité totale de Neoen en opération et en construction est à ce jour supérieure à 3 Gigawatts. En très forte croissance, la société vise plus de 5 Gigawatts en 2021 (2). Neoen vient de remporter un contrat de services réseau d’une capacité de 250 MW auprès de l’Australian Energy Market Operator (AEMO). Ces services seront fournis par la future Victorian Big Battery de Neoen, une batterie de 300 MW appelée à devenir l’une des plus puissantes au monde.

L’enjeu : Réduire la pollution liée au plastique, l’une des principales causes de pollution de la nature et des écosystèmes

La production mondiale de plastique, qui a triplé depuis 1990 pour atteindre 360 millions de tonnes en 2018 (3), est, en tant que dérivé du pétrole, fortement émettrice de CO2 et donc de gaz à effet de serre. En Europe, près de 40 % (3) du plastique produit est utilisé pour l'emballage des aliments et des produits. Souvent à usage unique et encore peu recyclé, le plastique est l’une des principales causes de pollution de la nature et des principales menaces pour les écosystèmes. À travers le monde, 73% des déchets sur les plages sont du plastique et 5000 milliards de déchets plastiques flottent dans les océans (4)

ice melting
BOSKALIS : les digues pour protéger les populations contre les crues et inondations, et donc s’adapter à l’élévation du niveau de la mer

La mise en place de solutions efficaces de recyclage est donc indispensable pour lutter contre cette pollution. Parmi les leaders mondiaux des équipements de consignes de bouteilles plastiques, la société norvégienne Tomra propose également des solutions de recyclage innovantes qui permettent désormais de gérer les plastiques à base de polyoléfines de plus en plus utilisées dans l’industrie. Le secteur du recyclage du plastique est soutenu par le durcissement de la réglementation européenne : les produits plastiques à usage unique seront bannis de l'Union Européenne à compter du 3 juillet 2021. Ses États membres doivent viser une collecte de 90 % des bouteilles en plastique d'ici 2029.

Par ailleurs, les bouteilles commercialisées dans l'Union Européenne devront contenir au moins 25 % de plastique recyclé en 2025 et au moins 30 % en 2030.

Sociétés proposant des solutions pour s’adapter aux conséquences du réchauffement climatique

healthy food
DANONE : adapter son modèle économique par la promotion d’une alimentation durable

L‘enjeu : Pallier les conséquences de la montée des eaux liée au réchauffement climatique

L’une des conséquences du réchauffement climatique est la multiplication des inondations mais aussi la montée du niveau de la mer avec comme conséquence la disparition progressive des îles et de littoraux. Des villes comme des grandes métropoles sont directement menacées. Cela aura donc des conséquences humaines importantes, obligeant de nombreuses populations à migrer. 

La société néerlandaise Boskalis, spécialisée dans les aménagements de territoires côtiers notamment à travers le dragage, développe des solutions d’adaptation, basées sur des techniques d’ensablement et de construction de digues, pour protéger les berges et les littoraux, et donc les populations locales, de la montée des eaux ou des vagues submersives. Boskalis développe aussi des projets qui s’apparentent à une protection naturelle afin de respecter l’équilibre de l’éco-système. 

Sur l’île indonésienne de Java, des digues perméables en brindilles ont été construites, parallèlement à la technique classique d’ensablement, pour collecter les sédiments et parvenir à un bilan sédimentaire stable. La reconstitution des mangroves doit alors agir comme un ouvrage de défense naturel pour se protéger contre les inondations et l’érosion. Aux Pays-Bas, la société a été mandatée par le gouvernement pour être maitre d’œuvre dans un projet de sauvegarde de la biodiversité locale. Il vise à recréer une réserve naturelle par la construction d’un groupement d’îlots en lieu et place d’un lac qui s’ensable et s’assèche avec le risque de disparition d’espèces animales et végétales locales.

Société adaptant son modèle économique pour s’adapter à un monde à faible intensité de carbone et aux températures en hausse

L’enjeu : Limiter l’impact de l’industrie agroalimentaire sur les émissions mondiales des gaz à effet de serre

L’agriculture contribue à hauteur de 24% aux émissions mondiales des gaz à effet de serre. 

Danone, pour qui l’agriculture est la première source (60%) d’empreinte carbone, a établi une trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre cohérente avec le scénario 2°C des Accords de Paris. Pour contribuer à une économie décarbonée, la société vise une émission nette nulle d’ici 2050. Elle s’est également fixée comme objectif d’éliminer la déforestation de sa chaine d’approvisionnement d’ici 2021. Pour atteindre ces objectifs, Danone souhaite notamment réorienter la consommation vers une alimentation plus saine en proposant des alternatives à l’offre de produits laitiers d’origine animale par le biais de produits laitiers d’origine végétale. 

Danone est l’une des premières sociétés agro-alimentaires à avoir pris ce virage, notamment via des opérations de croissance externe. C’est aujourd’hui le leader des produits à base de laits végétaux. Alors que les matières premières agricoles représentent 50% des achats de Danone (5), ce virage stratégique permet également de réduire l’exposition du groupe à une raréfaction progressive des matières agricoles provoquée par le réchauffement climatique, et donc au renchérissement de leurs coûts.

Références

  1. Source Signify
  2. Source Neoen
  3. Source Tomra
  4. https://www.nationalgeographic.fr/le-plastique-en-10-chiffres 
  5. Source Danone

Information Importante

Les sociétés citées ne le sont qu’à titre d’information. Il ne s’agit ni d’une offre de vente, ni d’une sollicitation d’achat de titres.
Ce document est établi par Aviva Investors France, société de gestion de portefeuille de droit français agréée par l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) sous le n° GP 97-114, Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 18 608 050 euros, dont le siège social est sis 14 rue Roquépine, 75008 Paris, immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le numéro 335 133 229.
Il contient des éléments d'information et des données chiffrées qu'Aviva Investors France considère comme fondés ou exacts au jour de leur établissement. Pour ceux de ces éléments qui proviennent de sources d'information publiques, leur exactitude ne saurait être garantie.
Les analyses présentées reposent sur des hypothèses et des anticipations d’Aviva Investors France, faites au moment de la rédaction du document qui peuvent être totalement ou partiellement non réalisées sur les marchés. Elles ne constituent pas un engagement de rentabilité et sont susceptibles d’être modifiées.
Ce document ne donne aucune assurance de l'adéquation des produits ou services présentés et gérés par Aviva Investors France à la situation financière, au profil de risque, à l’expérience ou aux objectifs de l'investisseur et ne constitue pas une recommandation, un conseil ou une offre d'acheter les produits financiers mentionnés. Aviva Investors France décline toute responsabilité quant à d'éventuels dommages ou pertes résultant de l'utilisation en tout ou partie des éléments y figurant. Avant d’investir dans un OPC, il est fortement conseillé à tout investisseur, de procéder, sans se fonder exclusivement sur les informations fournies dans ce document, à l’analyse de sa situation personnelle ainsi qu’à l’analyse des avantages et des risques afin de déterminer le montant qu’il est raisonnable d’investir.