Sur les marchés émergents, ce qui est petit est beau

Alors que la concentration augmente au sein des principaux indices des marchés émergents, les sociétés de petite capitalisation peuvent apporter aux investisseurs une diversification opportune, selon Will Ballard, gérant de portefeuille chez Aviva Investors.

When it comes to emerging markets, small is beautiful

Les sociétés citées ne le sont qu’à titre d’information. Il ne s’agit ni d’une offre de vente, ni d’une sollicitation d’achat de titres.

Le 3 novembre 2020, l’introduction en bourse la plus colossale au monde était suspendue par la Bourse de Shanghai. En Chine, ce type de décisions ne se prend pas sans l’aval des dignitaires les plus hauts placés dans l’appareil d’État. C’était donc un signe de mauvais augure pour l’entreprise financière Ant Group, dont l’introduction en bourse, sur la base d’une valorisation de 37 milliards de dollars, avait été empêchée, et pour sa filiale, la plate-forme en ligne Alibaba, concurrent chinois d’Amazon.

Le cours de bourse d’Alibaba a chuté de près de 30 % au cours des deux mois qui ont suivi, enregistrant une perte de 240 milliards de dollars.[i] Pourquoi tout ceci est-il extrêmement important pour l’investisseur moyen sur les marchés émergents ? Après tout, Alibaba ne représente qu’une seule entreprise, et l’indice MSCI Emerging Market en compte près de 1 400. La plupart des investisseurs qui cherchaient une exposition globale aux marchés émergents se sont tournés vers des fonds passifs répliquant cet indice. Ils peuvent sûrement compter sur l’immense variété de cet indice pour diversifier ces risques ?

Cette hypothèse est malheureusement remise en question par une problématique de plus en plus importante : la concentration de l’indice.

Chasse aux monopoles dans le secteur des technologies

Les cinq plus grandes entreprises de l’indice MSCI Emerging Market représentent un quart de son exposition (cf. Graphique 1). En outre, ces dernières, Alibaba, Tencent, Meituan, Samsung Electronics et Taiwan Semiconductor (TSMC), sont des entreprises du secteur de l’Internet ou des technologies. Alibaba, Tencent et Meituan étant toutes des entreprises chinoises du secteur de l’Internet, tous les investisseurs devraient s’inquiéter du sort de Jack Ma et de ce que cela nous apprend sur la position du gouvernement vis-à-vis de ce secteur à l’heure actuelle.

Les cinq plus grandes entreprises de l’indice MSCI Emerging Market représentent un quart de son exposition.

Alibaba n’est pas la seule entreprise visée : d’autres sont aussi confrontées au pouvoir des autorités de régulation chinoises. Meituan, le service de courses et de livraison de repas en ligne, se négocie à hauteur de 392 fois ses bénéfices de l’année dernière, un multiple qui ne semble pas refléter les nouvelles récentes concernant une affaire antitrust dans laquelle la société est impliquée pour abus de position dominante sur le marché.[ii]

Graphique 1 : Pourcentage des cinq plus grandes entreprises au sein de l’indice MSCI Emerging Market

Pourcentage des cinq plus grandes entreprises au sein de l’indice MSCI Emerging Market
Source : données Bloomberg, au 30 novembre 2020 (Average = Moyenne)

Effet de groupe

Bien que peu de personnes affirment que cette attention des autorités de régulation entraînera un effondrement brutal du secteur technologique chinois, les périodes de très forte concentration du marché se terminent généralement mal. Lorsque d’importantes corrections se produisent, les titres les plus fortement pondérés ont souvent généré des performances ultérieures médiocres.

Lorsque d’importantes corrections se produisent, les titres les plus fortement pondérés ont souvent généré des performances ultérieures médiocres.

Ceci s’est avéré pour les marchés émergents au cours de la crise financière mondiale en 2007 et 2008. À l’époque, les cinq plus grandes entreprises provenaient d’une variété de secteurs comme les matières premières, les télécommunications et les technologies et représentaient 15 % de l’indice. Quatre d’entre elles ont sous-performé l’indice au cours des dix années suivantes.

Le risque de concentration n’est pas une problématique spécifique aux marchés émergents. Aux États-Unis, le marché est dominé par Apple, Microsoft, Amazon, Google et Tesla. Les niveaux exceptionnels de concentration observés pendant la bulle financière Internet de l’an 2000 ne sont rien comparés à ceux d’aujourd’hui.

À chaque fois que les investisseurs se concentrent sur un nombre toujours plus restreint d’investissements, le résultat est souvent le même : une correction importante du marché, une envolée de la volatilité et un changement de leadership sur le marché.

Alors que la concentration de l’indice des marchés émergents est à son maximum, le problème est aggravé par le fait que les investisseurs se concentrent sur certains secteurs et pays. Dès lors, comment les investisseurs internationaux peuvent-ils obtenir une réelle diversification dans cette classe d'actifs ?

Volatilité et diversification

Si l'on examine les 20 dernières années, il apparaît clairement que l'ajout de petites entreprises des marchés émergents à un portefeuille équilibré permet une diversification. Les deux dernières décennies ont connu des périodes de turbulences : la bulle Internet, la crise financière, le « taper tantrum », l’effondrement des actions A chinoises et la COVID-19. Au fil de ces événements, et en dépit du plus grand risque de liquidité associé à l’investissement dans des petites entreprises, leur intégration dans les portefeuilles a apporté de la diversification et un contre-poids au risque de concentration.

L'ajout de petites entreprises des marchés émergents à un portefeuille équilibré permet une diversification.

Il apparaît aussi qu’elles ont permis d’améliorer les performances ajustées du risque sur le long terme. Si vous aviez acheté et conservé les titres de l’indice MSCI Emerging Market Small Cap sur n’importe quelle période continue de cinq ans ces vingt dernières années, vous auriez surperformé l’indice des grandes capitalisations plus de 70 % du temps.

Il est couramment admis, à tort, que les petites entreprises présentent plus de risques. Ceci s’explique en partie par l’expérience des investisseurs sur les marchés développés, où la volatilité est souvent plus élevée pour les petites capitalisations que pour les grandes.

Sur les marchés émergents, dont l’indice présente une structure différente et inclut un plus grand nombre et un plus large panel d’entreprises, cette relation est toutefois inversée. Sur la plupart des périodes, l’indice des petites capitalisations des marchés émergents a généré de meilleures performances malgré une volatilité plus faible.

L’intégration de petites capitalisations dans un portefeuille composé principalement de grandes capitalisations des marchés émergents pourrait permettre de chercher une augmentation légère de la performance anticipée tout en visant une réduction des risques.

Pays et secteurs

La pondération de la Chine dans l’indice des grandes capitalisations représente déjà plus de 40 % et devrait croître davantage. À titre de comparaison, la répartition du risque pays est plus large au sein de l’indice MSCI EM Small Cap. Taïwan, le plus grand pays au sein de cet indice, n’en représente que 20 %.

Cette concentration du risque pays est importante lorsque les investisseurs examinent les facteurs géopolitiques. Malgré le changement d’administration aux États-Unis, il est peu probable que la redistribution des chaînes d'approvisionnement hors de Chine s’inverse.

La transformation de la mondialisation n’est pas du seul fait des droits de douane. Les avantages en matière de coûts de la main-d'œuvre en Indonésie, au Vietnam ou en Inde sont aussi à prendre en compte, tout comme la proximité des exportateurs mexicains, turcs et tchèques avec leurs marchés cibles. Ces facteurs structurels dessinent une tendance qui pourrait durer ces dix prochaines années. Étant beaucoup plus exposées que les grandes capitalisations à des pays exportateurs autres que la Chine, les petites capitalisations des marchés émergents devraient tirer parti de ces changements.

La composition de l’indice MSCI EM Small Cap indique qu’il existe des avantages compensatoires similaires en ce qui concerne les secteurs. À la différence de la concentration des entreprises publiques dans l’indice des grandes capitalisations, l’indice des petites capitalisations intègre de nombreuses entreprises orientées sur l’économie domestique. Ces dernières ont tendance à être davantage exposées à certains secteurs. Les secteurs de la consommation, de l’industrie, des soins de santé et de l’immobilier composent actuellement environ la moitié de l’indice, contre tout juste plus de 30 % pour l’indice des grandes capitalisations.

La pondération de la Chine dans l’indice des grandes capitalisations représente déjà plus de 40 % et devrait croître davantage.

Une gestion active peut apporter des avantages supplémentaires, en permettant aux investisseurs de sélectionner des titres qui semblent être particulièrement bien positionnés pour tirer parti d’un changement structurel à long terme, tout comme les titres dont les sources de performance complètent les valeurs de grandes capitalisations au sein d’un portefeuille élargi.

Bulle financière

L’histoire nous a montré encore et encore que les symptômes d’un excès de spéculation sont faciles à identifier. Une concentration d’investisseurs sur un petit nombre de titres fait partie des signes alarmants.

L’histoire nous a montré encore et encore que les symptômes d’un excès de spéculation sont faciles à identifier.

Les petites entreprises dans les pays émergents apportent de la diversification en s’éloignant de ces risques de concentration. Parallèlement, elles continuent de fournir une exposition à ces tendances structurelles changeantes qui récompenseront l'investisseur faisant preuve de patience. Il est peut-être temps de s’éloigner de la foule pour partir à la recherche de ces opportunités.

Références

  1. Bloomberg, janvier 2021.
  2. Tracy Qu, « Meituan faces customer lawsuit for alleged abuse of market power amid China’s ongoing antitrust crackdown » (La société Meituan poursuivie en justice pour abus de position dominante dans le cadre de la répression antitrust en cours en Chine), SCMP, 30 décembre 2020. https://www.scmp.com/tech/apps-social/article/3115832/meituan-faces-customer-lawsuit-alleged-abuse-market-power-amid

Information Importante

Sauf indication contraire, les points de vue et les opinions exprimés dans le présent document sont ceux d'Aviva Investors. Son contenu ne saurait être interprété comme une garantie de rendement d’un placement géré par Aviva Investors, ni comme un conseil de quelque nature que ce soit. Les informations contenues dans ce document ont été obtenues auprès de sources considérées comme fiables, mais elles n’ont fait l’objet d’aucune vérification indépendante d’Aviva Investors, et Aviva Investors ne peut en garantir l'exactitude. Les performances passées ne présagent en rien des performances futures. La valeur d’un placement et de tout revenu en découlant est susceptible de fluctuer aussi bien à la baisse qu’à la hausse, et il n’est pas garanti que l’investisseur recouvre son montant d’investissement initial. Aucun élément de ce document, y compris les références à des titres, classes d'actifs ou marchés financiers spécifiques, ne doit ou ne peut être considéré comme un conseil ou une recommandation de quelque nature que ce soit. Ce document ne constitue pas une recommandation de vendre ou d'acheter un placement quelconque.

Pour la région Royaume-Uni et Europe, ce document a été élaboré et émis par AIGSL, entreprise de droit anglais immatriculée sous le numéro 1151805. Siège social : St Helen’s, 1 Undershaft, London EC3P 3DQ (Londres, Angleterre). Cette entreprise est agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority (autorité des marchés du Royaume-Uni). En France, Aviva Investors France est une société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers, sous le n° GP 97-114, une société anonyme à Conseil d’Administration et de Surveillance, au capital de 18 608 050 euros, dont le siège social est situé 14 rue Roquépine, 75008 Paris et immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le n° 335 133 229.

FA21/0066/04032022

Nos vues