L’intégration des ODD, un pas de plus dans notre stratégie d’investissement responsable

Fort de son engagement historique d’investisseur responsable, Aviva Investors France (AIF) développe une gamme de solutions visant à contribuer positivement aux Objectifs de Développement Durable des Nations-Unies.

children in desert

En canalisant les flux de capitaux vers des entreprises qui favorisent l’émergence d’un monde durable et plus inclusif, AIF offre aussi à ses clients des solutions d’épargne qui font sens.

Sophie Rahm, Responsable ESG et Baptiste Buisson, Directeur de la gestion des mandats, solutions et ESG d’Aviva Investors France nous en disent plus.

Les Objectifs de Développement Durables des Nations Unies ont été lancés en 2015. Pouvez-vous nous rappeler pourquoi ?

Baptiste Buisson - Les dirigeants de 197 pays des Nations-Unies ont adopté en septembre 2015 les Objectifs de Développement Durable (ODD) pour mettre fin à la pauvreté, protéger la planète et assurer à tous la prospérité. Au nombre de 17, avec pour chacun plusieurs cibles d’amélioration, les ODD visent à inciter les États, le secteur public mais aussi le secteur privé, la société civile et chacun d’entre nous à agir en faveur d’un avenir durable. L’ambition est de taille : selon les Nations Unies, le financement pour atteindre les ODD d’ici à 2030 est estimé à 2500 milliards de dollars par an uniquement dans les pays en développement.

Quel est le rôle de l’industrie de la gestion d’actifs ?

BB - Il reste encore beaucoup à faire pour encourager les entreprises et leur donner les moyens de créer des solutions innovantes en faveur du progrès vers les ODD, et ce à une échelle et à un rythme suffisamment important pour avoir un impact sur le long terme. Les investissements nécessaires sont aussi gigantesques. Les États et le secteur public ont, bien sûr, un rôle central en matière de financement mais le secteur privé dispose d’un potentiel bien plus important encore. Le monde de la Finance, et notamment l’industrie de la gestion d’actifs, peut, et doit, orienter les flux de capitaux privés vers les entreprises qui produisent des biens et des services contribuant positivement aux ODD. Les gestionnaires d’actifs peuvent aussi inciter les entreprises en retard à adapter leur modèle économique en faveur des ODD. In fine, l’industrie de la gestion d’actifs a la capacité de générer un impact durable positif pour tous.

Quelles sont les ambitions d’Aviva Investors France ?

BB - Avec le vieillissement des populations, le changement climatique mais aussi la digitalisation de nos économies, nous devons faire preuve d’une ambition sans précédent et accélérer notre stratégie d’investissement responsable. Nous intégrons déjà les critères ESG (Environnement, Social et Gouvernance) dans nos stratégies d’investissement et 17 de nos fonds ont obtenu le Label ISR français (à fin 2020) tandis que d’autres sont en cours de labellisation. Pour aller encore plus loin, certaines de nos stratégies reposent sur la contribution positive à certains ODD. Notre ambition est de développer cette gamme de fonds thématiques dits « à impact ». Les solutions d’investissement basées sur des ODD, c’est-à-dire sur des enjeux concrets et lisibles pour tout un chacun, peuvent, parallèlement à la recherche d’un rendement financier, donner du sens aux placements de nos clients, notamment dans la perspective de la constitution d’une épargne de long terme en vue de financer une retraite ou des projets de vie.

Comment les ODD sont-ils intégrés dans un processus de gestion ?

Sophie Rahm - Tout d’abord, pour assurer une meilleure lisibilité, nous avons classé ces 17 ODD en trois piliers durables qui définissent notre stratégie produits : l’amélioration des conditions de vie des individus, la préservation des ressources de la planète et l’atténuation des effets du changement climatique. Notre équipe de recherche thématique travaille avec nos équipes de gestion pour développer des stratégies d’investissement capables d’accompagner la transition vers un avenir durable axées sur ces trois piliers. Par ailleurs, nous nous appuyons sur ISS-OEKOM comme fournisseur de données d’impact. ISS-OEKOM offre une bonne couverture des émetteurs et la méthodologie que nous jugeons la plus adéquate sur le marché pour déterminer l’impact d’une entreprise sur les ODD.

Comment sélectionnez-vous les entreprises ?

SR - À la lumière de la stratégie ou de la thématique d’investissement d’un fonds, l’équipe de gestion va sélectionner des entreprises dont les biens et les services ont un impact neutre ou positif sur les ODD, et ce sur la base des scores fournis par ISS OEKOM. Cette sélection s’inscrit dans une démarche globale d’investissement responsable. En amont de l’analyse des scores ISS OEKOM, un filtre d’exclusion est appliqué pour éliminer les secteurs incompatibles avec les ODD (tabac, énergies fossiles, entreprises ayant des problèmes réputationnels). Une fois les entreprises pré-sélectionnées, l’équipe de gestion affine sa sélection sur la base des critères financiers mais aussi extra-financiers (ESG). Sélectionner des entreprises apportant des solutions pour atteindre les ODD, c’est aussi s’assurer que leurs pratiques environnementales, sociales et de gouvernance sont satisfaisantes.

Quels sont les développements encore nécessaires ?

SR - Nous souhaitons développer la granularité des indicateurs fournis dans nos reportings d’impact, pour mieux évaluer la contribution d’un portefeuille aux ODD. Même si des progrès sont perceptibles, il est encore difficile d’accéder aux données de durabilité des entreprises, de les analyser et donc de distinguer les bons des mauvais élèves. Nous allons nous appuyer sur la World Benchmarking Alliance (WBA), dont le Groupe Aviva est un membre fondateur. La WBA développe, à travers une approche innovante, des indices internationaux de référence, gratuits et publics, qui classent les entreprises en fonction de leur performance durable et de leur contribution aux ODD. Plusieurs indices ont déjà été lancés en 2020, dont le Corporate Human Rights Benchmark. Nous souhaitons aussi pouvoir utiliser les classements et les scores de ces indices dans notre méthode d’intégration des critères ESG et nos activités d’engagement.

ISS OEKOM

ISS-OEKOM est une base de données d’impact qui permet aux gérants de renforcer leurs analyses en la matière. ISS-OEKOM offre une bonne couverture des émetteurs et la méthodologie qui nous semble la plus adéquate pour déterminer l’impact des produits et des services d’une entreprise sur les Objectifs de Développement Durable de l’ONU. Les gérants ont accès à la fois à une évaluation globale sous la forme d’un score de durabilité pour chaque entreprise qui se situe entre -10 et +10, ainsi qu’à des informations plus détaillées concernant chaque ODD. Nous excluons de nos univers d’investissement toute entreprise dont le score est négatif.

La World Benchmarking Alliance

Lancée en septembre 2018, à l’initiative de la Fondation des Nations Unies, la Business and Sustainable Development Commission (BSDC), l’Index Initiative et le Groupe Aviva, la World Benchmarking Alliance (WBA) a pour mission de fournir à tous des informations sur la contribution des entreprises aux ODD. Pour cela, la WBA développe, grâce à une approche novatrice, des indices internationaux de référence, gratuits et publics.

Pour définir ces indices, la WBA a regroupé les 17 ODD en 6 axes de transformation nécessaires (social, alimentation et agriculture, climat et énergie, circulaire, inclusion numérique, système financier) et identifié 2.000 entreprises "clés" dans 74 pays et représentant un chiffre d’affaires total de 43.000 milliards de dollars, qui joueront un rôle essentiel dans la réalisation ou non des ODD. La démarche de la WBA s’appuie sur « la théorie du changement » : notées et classées publiquement, ces entreprises seront incitées à améliorer leurs pratiques et aligner leur modèle économique sur les ODD, qu’elles soient parmi les retardataires mais aussi parmi les leaders.

La WBA a notamment lancé en 2020 ses premiers indices de référence pour évaluer les progrès réalisés par les 2.000 entreprises sur les axes de transformation nécessaires pour atteindre les ODD, dont le Corporate Human Rights Benchmark. Cet indice inédit, dont Aviva Investors est un contributeur majeur, consiste à évaluer et classer les entreprises cotées selon leur niveau de maîtrise des enjeux liés aux droits humains. D’autres indices suivront d’ici à 2023 notamment sur l’égalité homme-femme et l’agriculture.

Information Importante

Ce document contient des éléments d'information et des données chiffrées qu'Aviva Investors France considère comme fondés ou exacts au jour de leur établissement. Sauf indication contraire, les points de vue et les opinions exprimés dans le présent document sont ceux d'Aviva Investors France.

Les analyses présentées reposent sur des hypothèses et des anticipations d’Aviva Investors France, faites au moment de la rédaction du document qui peuvent être totalement ou partiellement non réalisées sur les marchés. Elles ne constituent pas un engagement de rentabilité et sont susceptibles d’être modifiées.

Ce document ne donne aucune assurance de l’adéquation des OPC gérés par Aviva Investors France à la situation financière, au profil de risque, à l’expérience ou aux objectifs de l’investisseur. Avant d’investir dans un OPC, il est fortement conseillé à tout investisseur, de procéder, sans se fonder exclusivement sur les informations fournies dans ce document, à l’analyse de sa situation personnelle ainsi qu’à l’analyse des avantages et des risques afin de déterminer le montant qu’il est raisonnable d’investir. Aviva Investors France décline toute responsabilité quant à d’éventuels dommages ou pertes résultant de l’utilisation en tout ou partie des éléments figurant dans ce document.

Nos vues