Les marchés

La poursuite de la remontée des taux longs américains a continué, en mars, de concentrer l’attention des investisseurs et à alimenter la rotation sectorielle sur les actifs risqués en faveur des sociétés exposées à la reprise économique mondiale et encore jugées sous-évaluées. 

La succession de déclarations de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine, n’a pas réussi à apaiser les craintes de rebond de l’inflation outre-Atlantique et donc à freiner la remontée des taux longs. Alors que la campagne de vaccination est menée tambour battant aux États-Unis et que le plan de relance de 1 900 milliards de dollars a été définitivement voté début mars, une accélération de la reprise économique américaine est anticipée dans le sillage du plan d’investissement de 2 250 milliards de dollars destiné aux infrastructures. Ce nouveau plan d’investissement, prévu sur 8 ans, a été présenté fin mars.

À la différence des deux premiers mois de l’année, la poursuite de la remontée des taux longs américains ne s’est pas propagée en mars à la zone euro. Cette accalmie a permis aux actifs risqués européens de poursuivre leur avancée après déjà de belles performances en février. Les déclarations de la Banque centrale européenne et l’accélération de la hausse de ses rachats d’actifs ont rassuré les investisseurs. Les mesures sanitaires supplémentaires prises dans plusieurs pays de la zone euro, France en tête, en raison d’une nouvelle vague de la pandémie n’ont que légèrement pesé sur l’engouement des investisseurs pour les sociétés exposées à la reprise économique ou encore les sociétés peu valorisées en Bourse. Malgré le risque de décalage de la reprise économique en zone euro, les investisseurs s’en tiennent, pour le moment, à une série d’indicateurs économiques supérieure aux attentes mais également au relèvement des prévisions de croissance de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) pour 2021 et aux déclarations du FMI (Fonds monétaire international) sur un mouvement à venir similaire.

Performances à fin mars 2021

performances à fin mars 2021
Source : Aviva Investors France, Refinitiv, Bloomberg au 31/03/2021, indices actions dividendes nets réinvestis en devises locales, indices obligataires coupons réinvestis.

*Performances du 31/12/2020 au 31/03/2021. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Marchés actions

La rotation sectorielle en faveur des valeurs exposées à la reprise économique mondiale a une nouvelle fois, en mars, permis aux indices actions européens de mieux performer que leurs homologues américains. Les indices européens comportant plus de valeurs sensibles à la croissance économique, ils bénéficient directement de la rotation sectorielle. Ces valeurs avaient sensiblement moins bénéficié du rebond depuis les plus bas de mars 2020 et sont donc encore jugées sous-évaluées. À l’inverse, les indices américains sont sensiblement plus pondérés en valeurs technologiques et de croissance, pénalisées depuis le début de l’année par la remontée des taux longs après avoir été largement privilégiées en 2020.

Aux États-Unis, la hausse des taux à long terme n’a pas empêché les marchés actions de poursuivre leur mouvement haussier. Le S&P 500, principal indice américain, finit le mois en nette hausse en mars, et s’approche des 4 000 points. Le Nasdaq, l’indice des valeurs technologiques, finit en revanche le mois quasiment à l’équilibre. Les valeurs de croissance sont pénalisées par la hausse des taux d’intérêt.

En Europe, le CAC 40 signe à nouveau une très belle performance mensuelle, la meilleure depuis l’envolée historique de novembre dernier. L’indice parisien est revenu au-dessus des 6 000 points, ses niveaux d’avant crise. À noter que la Bourse parisienne s’est enrichie en mars d’un nouvel indice : le CAC 40 ESG qui exclut 9 titres de l’indice traditionnel, dont Total, Airbus ou encore Hermès. En Allemagne, le DAX a franchi pour la première fois le seuil des 15 000 points, porté notamment par le secteur automobile.

Les marchés d’actions émergents, y compris asiatiques, ont souffert de la hausse des taux d’intérêt américains et de la hausse du dollar qui favorisent la réallocation des capitaux sur le sol américain. Sur le mois, l’indice MSCI Emerging Market (dividendes nets réinvestis, en dollars) recule de -1,5%.

Marchés obligataires (1)

Les marchés des obligations souveraines ont connu une évolution divergente en mars des deux côtés de l’Atlantique.

Aux États-Unis, les taux longs ont poursuivi leur remontée dans le sillage d’une série d’indicateurs économiques supérieurs aux attentes mais également de la révision en hausse des prévisions de croissance et d’inflation de la Réserve fédérale. La succession de déclarations de Jerome Powell, son Président, n’a pas permis d’apaiser les esprits. Il a estimé que la politique monétaire restait appropriée à la situation actuelle, confirmant ainsi qu’à court terme la priorité restait clairement le retour au plein emploi plutôt que la lutte contre l’inflation. Mais il a aussi précisé, fin mars, que les rachats d’actifs seraient réduits, en temps voulu, très progressivement et en toute transparence. Des déclarations qui permettent de préparer les esprits à un éventuel changement de cap.

taux de rendement des obligations souveraines américaines
Source Aviva Investors France, Bloomberg, données disponibles le 01.04.2021

Sur le mois, le rendement des obligations souveraines américaines à dix ans a fini en hausse de 33 points de base à 1,74%, soit une remontée de 82 points depuis le début de l’année.

En zone euro, la tendance a été à l’accalmie. Une communication suffisamment claire en début de mois de la Banque centrale européenne indiquant qu’elle agirait, si nécessaire, pour limiter la hausse des taux s’est traduite dès la mi-mars par une accélération des achats d’actifs. Le rendement des obligations souveraines allemandes à 10 ans a fini le mois en baisse de 3 points de base à -0,29%, soit une hausse de 28 points sur le trimestre. Le rendement de l’OAT française à 10 ans a reculé de 4 points de base pour finir autour de -0,05%. Sur le trimestre, la hausse est de 29 points. Le taux de rendement des obligations d’État italiennes a également reculé, de 9 points de base à 0,67%. Sur le trimestre, la remontée est de 13 points de base.

Sur le marché européen du crédit, la défiance à l’égard des obligations d’entreprises notées « Haut Rendement » (*) a reculé. En zone euro, les obligations d’entreprises notées « Investment Grade » (*) ont enregistré une performance mensuelle très légèrement positive.  Le marché primaire reste actif. Les émissions rencontrent toujours du succès mais force est de constater que la demande est moins forte depuis quelques semaines. Les émissions remportent toujours un large succès, preuve du fort intérêt des investisseurs pour la classe d’actifs.

(*) Les obligations spéculatives à « Haut rendement », ont une note de crédit (de BB+ à D selon Standard & Poor’s et Fitch) plus faible que les obligations « Investment Grade » (notées de AAA à BBB- selon Standard & Poor’s et Fitch) en raison de la santé financière plus fragile de leurs émetteurs selon les analyses des agences de notation. Elles sont donc considérées comme plus risquées par les agences de notation et offrent en contrepartie des rendements plus élevés.

(1) Source Bloomberg, données au 31.03.2021

En savoir plus sur la lettre mensuelle

Notre scénario économique

Notre analyse de la dynamique économique des grandes zones dans le monde.

Notre politique d’allocation au sein de nos fonds multi-actifs

La politique d’allocation d’actifs mise en place de le cadre de la gestion de nos fonds.

Information importante

Ce document à caractère promotionnel a été établi le 1er avril 2021 par Aviva Investors France, société de gestion de portefeuille de droit français agréée par l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) sous le n° GP 97-114, Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 18 608 050 euros, dont le siège social est sis 14 rue Roquépine, 75008 Paris, immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le numéro 335 133 229. Il ne saurait être assimilé à une activité de démarchage, à une quelconque offre de valeur mobilière ou instrument financier que ce soit ou de recommandation d’en acheter ou d’en vendre. Il contient des éléments d’information et des données chiffrées qu’Aviva Investors France considère comme fondés ou exacts au jour de leur établissement. Pour ceux de ces éléments qui proviennent de sources d’information externes, leur exactitude ne saurait être garantie. Ce document ne donne aucune assurance de l’adéquation des OPC gérés par Aviva Investors France à la situation financière, au profil de risque, à l’expérience ou aux objectifs de l’investisseur. Avant d’investir dans un OPC, l’investisseur doit procéder à sa propre analyse en s’appuyant sur les conseils de son choix. Aviva Investors France décline toute responsabilité quant à d’éventuels dommages ou pertes résultant de l’utilisation en tout ou partie des éléments figurant dans ce document. Les analyses présentées reposent sur des hypothèses et des anticipations d’Aviva Investors France, faites au moment de la rédaction du document qui peuvent être totalement ou partiellement non réalisées sur les marchés. Elles ne constituent pas un engagement de rentabilité et sont susceptibles d’être modifiées. La valeur d'un investissement sur les marchés peut fluctuer à la hausse comme à la baisse, et peut varier en raison des variations des taux de change. En fonction de la situation économique et des risques de marché, aucune garantie n’est donnée sur le fait que les produits ou services présentés puissent atteindre leurs objectifs d’investissement. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Le Document d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI), le prospectus ainsi que les derniers états financiers disponibles des OPC gérés par Aviva Investors France, sont à la disposition du public sur simple demande, auprès d’Aviva Investors France. Ce document ne peut être reproduit sous quelque forme que ce soit ou transmis à une autre personne que celle à qui il est adressé.