Notre approche face au Brexit

Depuis plus de deux ans, nous nous préparons pour que notre entreprise puisse faire face au départ du Royaume-Uni de l'Union européenne en 2019. Dans ce jeu de question-réponse, nous vous expliquerons ce que signifie le Brexit pour Aviva Investors et pour nos clients.

Westminster bridge

1.    Une équipe dédiée aux questions relatives au Brexit a-t-elle été mise en place au sein d'Aviva Investors ?

Une équipe-projet a été créée à l'issue du référendum. Elle comprend des représentants de tous nos domaines d'activité et de toutes nos entités au sein de l'UE. Cette équipe a préparé des plans d'action pour parer à toutes les éventualités mises en œuvre avant la sortie du Royaume-Uni en mars 2019.

2.    Quel sera l'impact opérationnel du Brexit pour Aviva Investors ?

Nous sommes convaincus que des changements relativement mineurs de nos structures organisationnelles existantes suffiront à faire face aux scénarios les plus probables.

Nous avons étudié la manière dont un environnement post-Brexit pourrait impacter notre modèle, y compris dans l'éventualité d'un "Brexit dur" dépourvu de période de transition. Considérant les travaux entrepris par la Financial Conduct Authority (FCA) et par le Trésor de Sa Majesté pour atténuer les perturbations opérationnelles et de marché, nous n'anticipons pas d'impact sur notre gamme de fonds au Royaume-Uni.

Notre activité se déploie également de manière transfrontalière, en exploitant une variété de structures de fonds pour répondre aux besoins de nos clients dans différentes régions géographiques. Depuis plusieurs années, nous offrons avec efficacité nos services à nos clients européens par le biais de notre filiale au Luxembourg et de notre gamme de SICAV. Nous bénéficions aussi de notre implantation forte en Irlande et en France.

3.   Quel impact aura le Brexit sur la capacité d'Aviva Investors à saisir les opportunités de placement en Europe ?

Nous continuons de surveiller de près les événements et les marchés financiers ainsi que les risques et opportunités qu'ils représentent. Les tests de résistance (‘stress tests’) menés régulièrement sur nos fonds selon différents scénarios sont au cœur de nos processus quotidiens de placement et de gestion du risque. Ils nous aident à prendre des décisions éclairées pour protéger les portefeuilles de nos clients.

L'activité de gestion d'actifs est mondiale. Le Brexit n'affectera pas notre capacité de donner accès à nos clients aux opportunités de placement les plus appropriées en Europe comme au-delà.

4.   Comment Aviva Investors se prépare-t-elle à l'hypothèse d'un "Brexit dur" et d'un "No Deal" ? 

Notre équipe-projet a préparé différents scénarios, dont celui du "No Deal" (sortie de l'UE sans accord entre les deux parties). Nous prévoyons d’être prêts opérationnellement à faire face à un Brexit dur le 29 mars 2019, si cette hypothèse se réalise.

 Suite aux annonces récentes de l'Autorité européenne des marchés financiers, de la Commission européenne et d'autres instances réglementaires européennes sur les accords de collaboration, nous estimons que nous pourrons poursuivre l’externalisation et la délégation de nos activités de gestion de portefeuille de l'UE vers le Royaume-Uni après le 29 mars 2019. Cela nous permettra de continuer de tirer parti de l'expertise dont nous disposons au Royaume-Uni. (Voir également la question 6.)

5.    Quelle est votre opinion sur l'éventualité d'un accord de transition ?

Il est important pour les entreprises de gestion d'actifs de disposer de suffisamment de temps pour mettre en œuvre leurs plans d'action afin de pouvoir continuer à servir efficacement leurs clients. Le Royaume-Uni et l'Union européenne sont parvenus à un accord sur les conditions d'une période de transition qui débuterait au 29 mars 2019. Toutefois cet accord ne pourra entrer en vigueur qu'après la validation de l’accord de retrait par le Parlement britannique, par le Parlement européen et par le Conseil de l'UE.

6.    Quelle est votre position sur la délégation de gestion de portefeuille ?

La possibilité de déléguer les activités de gestion des investissement et des risques est un pilier important des modèles économiques dans tout le secteur de la gestion d'actifs. Nous pensons que le modèle de délégation actuel,  mondialement reconnu, protège les intérêts des clients et leur donne accès à la gamme la plus complète d'opportunités de placement et d'expertise.

Il ne serait pas dans le meilleur intérêt du Royaume-Uni ni de l'UE de restreindre l'accès à une expertise essentielle en matière de gestion et de levée de capitaux. En conséquence, nous continuerons de soutenir des discussions pertinentes avec les parties concernées en vue de poursuivre ce modèle de délégation.

Son maintien après le Brexit dépendra des accords de coopération mis en place entre les autorités réglementaires du Royaume-Uni et des États-membres de l'UE. Nous puisons un certain optimiste dans les déclarations récentes de différents organismes publics européens, notamment l'annonce faite par l'Autorité Européennes des Marchés Financiers  le 30 janvier 2019, selon laquelle le contenu des accords de coopération en matière de réglementation avait été approuvé. Nous comprenons que chaque organisme de réglementation est maintenant en mesure de le signer avec la FCA.

Nous sommes convaincus que notre structure organisationnelle actuelle nous permettra de continuer de déléguer certaines activités essentielles au Royaume-Uni après le Brexit, tout en maintenant les niveaux de gouvernance et de supervision appropriés.

7.   Adoptez-vous des changements quelconques dans vos agences dans l'UE à l'approche du Brexit ?

Nos établissements en Europe continueront d'offrir des services et des activités de placement en tant que filiales de notre entité au Luxembourg. Nous travaillons en collaboration avec les autorités nationales compétentes pour veiller à obtenir les autorisations réglementaires appropriées avant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

8. Qu'adviendra-t-il des fonds européens vendus aux investisseurs britanniques?

Certains fonds d'Aviva Investors sont domiciliés en Europe et sont actuellement proposés aux investisseurs britanniques via un passeport de commercialisation européen. La FCA a mis en place un régime d’autorisations temporaires permettant aux investisseurs britanniques de continuer d’avoir accès aux OPCVM de l’UE en cas de « no deal ». Aviva Investors a l'intention d'utiliser cette disposition et communiquera sur les fonds concernés avant le 28 mars 2019.

Faire le bon choix

Notre activité d'investissement implique une grande responsabilité, que ce soit envers nos clients qui nous confient leur argent ou envers la société en général. En effet, nous avons le devoir d'agir en acteur économique responsable, en exigeant des entreprises toute la transparence sur les questions environnementales, sociétales et de gouvernance.

Investissement responsable

Notre but est de contribuer à un avenir prospère et durable capable de fonctionner à long terme en prenant en compte chacun. L'investissement responsable n'est pas seulement le bon choix du point de vue moral, c'est aussi une question de logique financière.

En savoir plus
Responsible investing image