Dans le numéro de ce mois-ci de notre série visuelle de données sur les thèmes d’actualité, nous nous concentrons sur les conséquences de l’interruption continue des chaînes d’approvisionnement.

Lisez cet article pour comprendre :

  • L’impact des pénuries de main-d’œuvre
  • Le goulot d’étranglement de l’expédition
  • Les conséquences de l’allongement des délais de livraison et de la hausse des tarifs et des prix de fret

Les perturbations de la chaîne d’approvisionnement représentent un défi majeur pour l’économie mondiale depuis le début de la pandémie de COVID-19. Alors que la situation semblait se tasser, la propagation du variant Omicron a entraîné de nouvelles complications.

Dans cette édition de Que disent les données ? nous examinons différents défis dans les chaînes d’approvisionnement.

Quels sont les secteurs les plus touchés ?

Au début de cette année, la Réserve fédérale de New York a lancé l’indice de pression de la chaîne d’approvisionnement mondiale, (GSCPI, Global Supply Chain Index), afin de suivre les tendances au cours des 25 dernières années. Le graphique 1 montre que le niveau actuel de pression sur la chaîne d’approvisionnement est beaucoup plus élevé que ce que nous avions vu précédemment.

Graphique 1 : L’indice de pression de la chaîne d’approvisionnement mondiale (indice GSCPI)
Source : Federal Reserve Bank of New York Liberty Street Economics, 4 janvier 20221

Les problèmes de chaîne d’approvisionnement ont touché des entreprises dans le monde entier, en particulier aux États-Unis et dans la zone euro. Comme le montre clairement le graphique 2, les perturbations ont augmenté en flèche début 2020, puis à nouveau en 2021, car la réouverture des économies a entraîné une hausse de la demande pour tous les types de marchandises.

Les problèmes de chaîne d’approvisionnement ont touché des entreprises dans le monde entier

Plus la valeur de l’indice est élevée, plus les perturbations dans les chaînes d’approvisionnement sont importantes – à noter qu’elles ont été moins touchées en Chine et dans les marchés émergents qu’en Occident.

Graphique 2 : Perturbation de la chaîne d’approvisionnement par région
Perturbation de la chaîne d’approvisionnement par région
Source : Statista, 13 octobre 20212

La structure des chaînes d’approvisionnement est complexe et fragile. Une seule pièce manquante pour un bien en particulier peut rapidement provoquer une rupture dans le processus de production. Les mesures de confinement et la perte de main-d’œuvre due à la maladie ou aux restrictions de déplacements ont forcé de nombreux fournisseurs à fermer temporairement ou à réduire drastiquement leur production, limitant considérablement leur capacité à respecter leurs obligations de livraison.

Quel a été l’impact des pénuries de main-d’œuvre ?

Les pénuries de main-d’œuvre, qui ont atteint un niveau record pendant la pandémie, constituent un problème clé lié aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement. Le graphique 3 compare différents secteurs et régions avec les données d’avant la pandémie (2010 et 2019).

Graphique 3 : Pénuries de main-d’œuvre
Les pénuries de main-d’œuvre ont atteint un niveau record
Source : Aviva Investors, Macrobond au 28 septembre 2021
Le nombre d’offres d’emploi actives au Royaume-Uni atteint des sommets depuis le début de la pandémie

Selon la Confédération du recrutement et de l’emploi (Recruitment & Employment Confederation, REC), une organisation britannique à but non lucratif, le nombre d’offres d’emploi actives au Royaume-Uni atteint des sommets depuis le début de la pandémie3. Le graphique 4 montre que plus de 1,9 million d’annonces ont été publiées en septembre 2021, contre environ 1,3 million en avril 2020.

Graphique 4 : Tendance des offres d’emploi chaque semaine au Royaume-Uni
Source : Recruitment & Employment Confederation, 23 septembre 20214

Les pénuries de main-d’œuvre se sont aggravées parce que des travailleurs ont contracté le virus ou ont été contraints de s’isoler après avoir été en contact étroit avec une personne testée positive. L’exode des travailleurs étrangers en raison du Brexit a amplifié le problème. Selon l’institut britannique de la statistique (Office for National Statistics), il y a eu 94 000 ressortissants de l’Union européenne (UE) de plus à quitter le Royaume-Uni qu’à y arriver en 2020, soit une hausse de près de 40 % par rapport à 2019.5

Et l’expédition ?

La pandémie a également provoqué un goulot d’étranglement dans les transports

La pandémie a également provoqué un goulot d’étranglement dans les transports : des centaines de navires ont été bloqués à l’extérieur des ports, incapables de décharger leur cargaison en raison du manque de chauffeurs de camion et de la congestion des entrepôts. Le graphique 5 montre la file d’attente des navires à l’extérieur des terminaux de Los Angeles et de Long Beach, qui gèrent 40 % des importations en conteneurs aux États-Unis, atteignant une longueur record au début de l’année 2022.

Graphique 5 : Porte-conteneurs à l’entrée des ports de Los Angeles et de Long Beach (nombre total quotidien, en attente de mouillage au port)
Porte-conteneurs à l’entrée des ports de Los Angeles et de Long Beach
Source : Marine Exchange of Southern California, janvier 20226

Le graphique 6 montre le coût du déplacement d’un conteneur de 12 mètres depuis la Chine vers la côte ouest des États-Unis, qui a augmenté à plus de 20 000 dollars en été, c.-à-d. plus de dix fois le coût d’avant la pandémie.

Graphique 6 : Frais de transport du fret (par conteneur de 12 mètres, en milliers de dollars)
Frais de transport
Source : Freightos, décembre 20218

Les délais de livraison se sont-ils améliorés ?

Comme le montre le graphique 7, les délais de livraison vers les États-Unis et l’UE se sont allongés depuis fin 2020.

La forte baisse de l’indice des délais de livraison constatée récemment reflète une combinaison de la hausse de la demande et des contraintes pesant sur l’offre

La forte baisse de l’indice des délais de livraison constatée récemment (qui signifie que les choses empirent plutôt qu’elles ne s’améliorent) reflète une combinaison de la hausse de la demande et des contraintes pesant sur l’offre. Pendant des périodes de ce type, les fournisseurs ont généralement un pouvoir de fixation des prix plus élevé. De tels retards peuvent également réduire la disponibilité des biens intermédiaires, ce qui, combiné à des pénuries de main-d’œuvre, ralentit la production et la croissance de la production.

Graphique 7 : Délais de livraison aux États-Unis et dans l’UE
Délais de livraison aux États-Unis et dans l’UE
Source : FMI, 25 octobre 20219

Selon Freightos, les expéditions maritimes entre la Chine et les États-Unis prenaient en moyenne 80 jours pour arriver à leur destination finale en 2021, soit 85 % de plus qu’en septembre 2019 (voir le graphique 8)10.

Graphique 8 : Temps de transit des cargaisons maritimes entre la Chine et les États-Unis (durée moyenne, du jour d’envoi au jour de réception)
Source : Freightos, 21 janvier 202211
Les clients doivent peut-être aussi s’habituer à des délais de livraison plus longs

Avec des délais de livraison plus longs et des coûts de transport plus élevés, les fabricants et les détaillants redécouvrent les avantages qu’il y a à rapprocher leurs fournisseurs des consommateurs. Mais les clients doivent peut-être aussi s’habituer à des délais de livraison plus longs.

Références

  1. Gianluca Benigno, et al., « A new barometer of global supply chain pressures’, Federal Reserve Bank of New York Liberty Street Economics », Federal Reserve Bank of New York Liberty Street Economics, 4 janvier 2022
  2. Katharina Buchholz, « Supply chain disruptions make a comeback », Statista, 13 octobre 2021
  3. « Jobs recovery tracker: New record number of job adverts in the UK, with labour shortages set to continue », Recruitment & Employment Confederation, 23 septembre 2021
  4. « Jobs recovery tracker: New record number of job adverts in the UK, with labour shortages set to continue », Recruitment & Employment Confederation, 23 septembre 2021
  5. « Long-term international migration, provisional: year ending December 2020 », Office for National Statistics, 25 novembre 2021
  6. Harry Dempsey, « Is there an end in sight to supply chain disruption? », Financial Times, 9 janvier 2022
  7. « Container shipping rates chart and prices », Freightos, au 26 janvier 2022
  8. Harry Dempsey, « Is there an end in sight to supply chain disruption? », Financial Times, 9 janvier 2022
  9. Parisa Kamali et Alex (Shiyao) Wang, « Longer delivery times reflect supply chain disruptions », FMI, 25 octobre 2021
  10. « Shipping and freight cost increases, freight capacity, and shipping container shortage [2022]: Trucking delays and cost increases », Freightos, 21 janvier 2022
  11. « Shipping and freight cost increases, freight capacity, and shipping container shortage [2022]: Trucking delays and cost increases », Freightos, 21 janvier 2022

Informations importantes

Except where stated as otherwise, the source of all information is Aviva Investors Global Services Limited (AIGSL). Unless stated otherwise any views and opinions are those of Aviva Investors. They should not be viewed as indicating any guarantee of return from an investment managed by Aviva Investors nor as advice of any nature. Information contained herein has been obtained from sources believed to be reliable but has not been independently verified by Aviva Investors and is not guaranteed to be accurate. Past performance is not a guide to the future. The value of an investment and any income from it may go down as well as up and the investor may not get back the original amount invested. Nothing in this material, including any references to specific securities, assets classes and financial markets is intended to or should be construed as advice or recommendations of any nature. Some data shown are hypothetical or projected and may not come to pass as stated due to changes in market conditions and are not guarantees of future outcomes. This material is not a recommendation to sell or purchase any investment.

In Europe this document is issued by Aviva Investors Luxembourg S.A. Registered Office: 2 rue du Fort Bourbon, 1st Floor, 1249 Luxembourg. Supervised by Commission de Surveillance du Secteur Financier. An Aviva company. In the UK Issued by Aviva Investors Global Services Limited. Registered in England No. 1151805.  Registered Office: St Helens, 1 Undershaft, London EC3P 3DQ.  Authorised and regulated by the Financial Conduct Authority. Firm Reference No. 119178.

In Singapore, this material is being circulated by way of an arrangement with Aviva Investors Asia Pte. Limited (AIAPL) for distribution to institutional investors only. Please note that AIAPL does not provide any independent research or analysis in the substance or preparation of this material. Recipients of this material are to contact AIAPL in respect of any matters arising from, or in connection with, this material.  AIAPL, a company incorporated under the laws of Singapore with registration number 200813519W, holds a valid Capital Markets Services Licence to carry out fund management activities issued under the Securities and Futures Act (Singapore Statute Cap. 289) and Asian Exempt Financial Adviser for the purposes of the Financial Advisers Act (Singapore Statute Cap.110). Registered Office: 1 Raffles Quay, #27-13 South Tower, Singapore 048583. In Australia, this material is being circulated by way of an arrangement with Aviva Investors Pacific Pty Ltd (AIPPL) for distribution to wholesale investors only. Please note that AIPPL does not provide any independent research or analysis in the substance or preparation of this material. Recipients of this material are to contact AIPPL in respect of any matters arising from, or in connection with, this material. AIPPL, a company incorporated under the laws of Australia with Australian Business No. 87 153 200 278 and Australian Company No. 153 200 278, holds an Australian Financial Services License (AFSL 411458) issued by the Australian Securities and Investments Commission. Business Address: Level 30, Collins Place, 35 Collins Street, Melbourne, Vic 3000, Australia.

The name “Aviva Investors” as used in this material refers to the global organization of affiliated asset management businesses operating under the Aviva Investors name. Each Aviva investors’ affiliate is a subsidiary of Aviva plc, a publicly- traded multi-national financial services company headquartered in the United Kingdom. Aviva Investors Canada, Inc. (“AIC”) is located in Toronto and is registered with the Ontario Securities Commission (“OSC”) as a Portfolio Manager, an Exempt Market Dealer, and a Commodity Trading Manager. Aviva Investors Americas LLC is a federally registered investment advisor with the U.S. Securities and Exchange Commission. Aviva Investors Americas is also a commodity trading advisor (“CTA”) registered with the Commodity Futures Trading Commission (“CFTC”) and is a member of the National Futures Association (“NFA”).  AIA’s Form ADV Part 2A, which provides background information about the firm and its business practices, is available upon written request to: Compliance Department, 225 West Wacker Drive, Suite 2250, Chicago, IL 60606.